Squat de printemps

Jasmin d'intérieur

Le temps est beau, ensoleillé… malgré les faits divers, l’hostilité conjoncturelle de l’économie, une petite brise euphorique vous traverse.  Premius Tempus, le premier temps, la chaleur caressante et confortable de l’instant présent vous enveloppe comme le fœtus dans le liquide amniotique. Vous êtes prêts à développer chacun de vos membres jusqu’à ses extrémités pour vous sentir vivants, exister, prendre une ample et large respiration. (Et par tous vos membres, j’entends bien tous les membres, c’est ça aussi le printemps : ))

 
Carpe Diem ! Des envies de plaisir, d’évasion s’infiltrent dans vos pensées entre les objectifs à remplir, les échéances à respecter. Une brèche s’est ouverte au sein de votre plan de carrière, de réussite, votre quotidien désormais aussi évanescents, fragiles et futiles que des volutes de fumée.
Qu’allez vous faire de ces petits germes qui fleurent bon le divertissement, le positif, les laisser squatter, leur permettre de s’épanouir… ? J’ai envie de… j’aimerais…si je pouvais je ferais… Ces charmantes hypothèses, horizons fantaisistes revêtent subitement l’épais manteau d’authenticité, de vérité et de réalité que vous vous vous étiez forgé pour passer l’hiver. Le sens est là tout simplement.

 
Et si ces futilités printanières abritaient en fait votre vérité intrinsèque ?

 
Et si l’essence de vous-même c’était la joie, plutôt que l’affliction qu’il est de bon ton de faire montre en ces temps morose ?

 
Et si ces adorables squatteuses avaient toujours été nichées entre quelques gerbes de soucis ?

 
Et si vous leur donniez la place d’un chêne centenaire plutôt que le flash de vie d’un perce neige ?

 
Et si vous alliez plus loin que de penser aux congés de mai et acceptiez le printemps comme un champ de possibilités infini de construire votre propre renouveau ?

 
Et si cette attention bienveillante que vous portez désormais à votre ressenti, à ce désir de vivre pleinement, de découvrir avec une pétillante curiosité durait toute l’année ?

 
Cela ne multiplierait-il pas les beaux jours ?

 
Enfin trêve de philo/psychologie, laissez-moi vous présenter mes « charmants » squatters ». Le printemps c’est les fleurs, le renouveau, mais aussi le retour de certains animaux …

 

 

Pourriez-vous m’aider à les identifier, j’ai des doutes ?

 

 

Notre célèbre chanteuse, la cigale
Notre talentueux musicien le criquet
L'espiègle sauterelle ?

Le déprimant bourdon ou la travailleuse acharnée d'abeille ?

Comments
2 Responses to “Squat de printemps”
  1. mickaelgenot dit :

    Moi je dis Sauterelle et Abeille!!

  2. tiuscha dit :

    sauterelle est plus verte, je pencherais pour criquet, pour la cigale, il faudra attendre encore un peu mais son kss-kss en dira long sur sa présence 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :