Emotion picturale, pierre angulaire de la lumière

Parmi les artistes et les amateurs, qui n’a pas rêvé de mettre ses petits pas dans l’empreinte gigantesque de grands maîtres ? Qui n’a pas fantasmé de les rencontrer un jour, de les approcher pour saisir l’insaisissable origine de leur talent, ce qui les a conduit à produire une œuvre éclipsant le créateur lui même.

L’expérience du maître ou de la peinture, le tourbillon matériel et évanescent de l’acte créateur ne sont rien face à l’émotion de la rencontre entre l’œuvre et le spectateur. Celle ci désormais aseptisée le plus généralement par un accrochage standard au sein des panthéons de l’histoire de l’art se coupe par la même d’une approche sensorielle. Or les sens amène la conscience de ses repères, de soi de l’environnement, de la réflexion puis la perception de l’indicible.

L’expérience que je vous propose aujourd’hui c’est le vertige des couleurs, le tourbillon de votre espace sensoriel jusqu’à l’inconscience, une immersion au cœur de la peinture et de la lumière de deux grands coloristes : Van Gogh et Gauguin aux Carrières de Lumières de Baux en Provence.

Vous entrez dans un lieu qui a la monumentalité d’un temple égyptien lié à l’aspect épuré et brut de la roche creusée par l’homme, une sorte de Babylone souterraine en fin de compte. Tout petit, le visiteur est écrasé par l’immensité des parois aux angles perpendiculaires marqués. Et soudain toute la magie est là : l’espace est renversé par des projections monumentales qui recouvrent à la fois les sols et les murs. Le regard sur les peintures est revisité, les toiles apparaissent petit à petit par fragments ce qui structure l’approche visuelle. Vous renouvelez totalement votre perception de l’œuvre, celle ci étant totalement surdimensionnée. Le réalisateur prend des libertés avec les tableaux qui recréent véritablement des perspectives et adoucissent les angles de la carrière, véritable toile de fond de ce mouvement pictural. Ainsi vous avez à la fois la perception de pénétrer dans l’illusion physique de la Chambre de Van Gogh et dans les méandres de ses tourments que suggère l’éclatement de l’espace. Vous vous envolez ensuite dans l’évanescence de son ciel de nuit étoilé pourtant particulièrement matériel de part ses touches épaisses de peinture. Van Gogh et Gauguin se succèdent, entre dynamisme des touches, violence des contrastes, immensité des aplats. Le spectacle, puisque plus qu’une exposition, c’est une peinture réinventée, vivante, vous englobe totalement.

Minuscule dans l’œil de ce cyclone pictural j’avais à la fois l’impression de saisir l’essence de la peinture, l’insaisissable lumière que cherchent à transcrire les peintres, presque une intuition de l’indicible, de l’origine de l’acte créateur tout en étant pleinement à l’intérieur de mes toiles préférées. J’ai été emporté par un tourbillon à la fois extérieur et intérieur, sensoriel, intuitif et intellectuel qui m’a fait ressortir, le ventre noué, le cœur plein, à la lumière du jour. Ayant dans un rêve réalité saisi l’insaisissable sans pouvoir l’identifier, touché du doigt la vérité ; tout en étant à chaque instant consciente d’être aux prises d’une illusion. étourdie du plaisir d’en être.

Carrières de lumières – Gauguin, Van Gogh, Les peintres de la couleur

Baux de Provence – http://carrieres-lumieres.com/fr/home

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :