Calebasses d’avril, … découvre-toi d’un fil !

En avril… ne te découvre pas d’un fil…prends plutôt un parapluie !

Comment un week-end en Provence pourrait-il se résumer ainsi ?! J’y ai mis un peu de soleil dimanche 22 avril en me rendant à un week end festif : Calebasses d’Avril organisé par l’association CRREA. Cette association prône l’éveil comme outil de développement pédagogique et entrepreneurial. Elle mène des actions concrètes en France et au Sénégal. J’ai rencontré une équipe dynamique, chaleureuse qui a partagé cet événement avec d’autres associations dirigées vers l’Afrique.

Le visiteur pénètre dans l’enceinte d’un parc par une petite ouverture discrète dans un mur de pierre, accueilli par les premiers sons entrainants d’un cours de percussions en plein air, il peut ensuite flâner au fil des tentes du marché artisanal, faire bouger son corps au rythme enjôleur des danses africaines ou encore écouter les musiciens invités.

Aujourd’hui, une fois n’est pas coutume,  j’ai un invité dans cet article pour parler musique. Le saviez-vous, blogdungourmand n’est pas seulement cuisinier à ses heures mais également musicien : 13 ans d’alto, quelques années de guitare, un peu de ukulélé, un chanteur à voix. Peu de représentations, toutefois voici une petite archive sortie de mon chapeau, j’espère que le groupe ne m’en voudra pas ; )bovine freedom

Je lui laisse maintenant la parole pour vous faire partager son engouement pour la scène de Calebasses d’Avril ce dimanche matin festif : «En ce frais dimanche matin d’avril, je me suis rendu au festival des Calebasses d’Avril en Avignon. A mon arrivée, une douce chanson d’un air roots/reggae m’a porté jusqu’à la scène qui se dressait au milieu d’un super parc reposant loin de l’agitation et des bruits de la ville. En bref, l’espace idéal pour écouter de la bonne musique. Des nattes sur le sol où s’asseoir pour regarder le spectacle qui se produisait.


Le groupe présent se nomme « Sintilair« . Trois musiciens passionnés qui passent de la guitare au violon, du marimba (xylophone africain) au cajon, du cajon à l’accordéon, trois artistes sur scène pour vous faire vivre un vrai moment de bonheur et de détente.

Allant du reggae au folk en passant par un rock acoustique, Sintilair nous fait vivre la musique, leur passion. A peine revenu d’un tremplin marseillais, ils nous transmettent toute leur énergie, leur dynamisme et leur passion. Leur musique respire la fraîcheur d’un groupe sans complexes. Ils nous emmènent de l’Afrique aux bistrots parisiens sans fausse note!
En cette fraîche matinée devenue chaude de par la musique et le soleil qui s’est levé, je me suis allongé et j’ai écouté, dégusté ce son avec passion! »

Ce goût du voyage ouvre différents horizons matérialisé dans un marché artisanal depuis les instruments du monde :

jusqu’aux sculptures de bois et aux peintures sur tissus.

On a souvent tendance à cataloguer l’artisanat africain que l’on retrouve sur les marchés estivaux comme un attrape-touriste et j’en passe. Aujourd’hui hui je vous propose de découvrir des Artistes, Artisans avec un grand A à chaque fois. Vivre de son art est une véritable problématique en termes de liberté de création mais aussi d’un point de vue plus pragmatique. Zooh sculpteur d’origine togolaise établi à Avignon l’a bien compris. Il est contraint de travailler dans le bâtiment en sus. Jusqu’ici une histoire presque banale dans le milieu de l’art… n’est-ce pas ? Il fait partie d’un collectif d’artistes avec Raphaël, batik (peinture sur tissu), Elias, peintre,  et Rachel confection d’accessoires en tissu. L’originalité me direz-vous ? Tous soutiennent les associations Grin d’Sel et JSATOGO en leur reversant une partie de leurs gains et une fois par an en les appuyant sur le terrain. Ces deux associations travaillent sur le développement humain durable, pour une autonomie  à long terme des jeunes et des communautés au Togo.

Double acte créateur donc : celui de l’artiste et celui du philanthrope.
Zooh sculpte dans l’ébène. De ce bois naissent des figurines féminines où la finesse des lignes, la légèreté des silhouettes s’allient à la brillance et à la chaleur du bois poli. Sculptures en trois dimensions, chaque face est esthétique, dynamique jusqu’à une très belle finition de l’objet. La pureté et la simplicité de ses créations les parent de l’évidence. Les thèmes triviaux de la vie africaine deviennent autant d’emblèmes de la transcendance d’un peuple ou juste de l’art en fin de compte. A côté de mon ordinateur, mon nouveau stylo de bloggeuse en bois sculpté, n’en parait que plus légitime.


Les peintures sur tissu avec la technique du Batik, vont également au-delà du témoignage ethnologique d’une civilisation. Elles ont une portée artistique à partir du moment où il y a composition : les volutes de fumée partent du chaudron et se mêlent à la danse des oiseaux dans la lumière d’un ciel de feu. Les motifs géométriques se répondent en une image à la fois peinture et littérature.

Et vous jusqu’où ira votre acte créateur ?
Pour aller plus loin :
Groupe de musique : Sintilair.com
Associations : http://www.crrea.org http://www.jsatogo.org
Sculpteur sur ébène : starzooh@hotmail.com http://www.imarep.fr/raconter/zooh/zoohindex.htm

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :