Je vous remercie de vous…

Lorsqu’un danseur conçoit et réalise son premier solo c’est une grande réalisation dans la vie d’un artiste. Quand à l’instar d’Olivier Normand cette réalisation va à l’encontre de l’élan narcissique qui tend à présider l’acte de création, ce n’en est que plus surprenant.

L’Artificier a fait son apparition sous mes yeux au festival Uzès Danse il y a quelques jours.  Je n’ai  malheureusement pas été autorisée à prendre de photos. En guise d’images vous n’aurez que mes mots.

Je vous remercie de vous… le public est la valeur intrinsèque de l’œuvre, sans lui elle n’existerait pas. Le spectateur par ses réactions, sa présence, son nombre ou son absence, ses relations, sa définition…  est source créatrice. C’est avec humilité qu’Olivier Normand remet l’artiste à sa place. L’essence de la danse n’est-elle pas la position de l’homme, son être par rapport à là où il se trouve  et ses capacités depuis ce point à se mouvoir et s’émouvoir ? Je je  vous vous remercie de vous : blafard, dans sa salopette et sa chemise dorée, le danseur parle et balbutie.

Il est l’artificier, l’homme de l’ombre qui permet à l’art d’exister. Il est essentiel et pourtant parait ridicule, grotesque dans la lumière, l’unique poursuite réservée à l’étoile … un malaise s’installe. Le spectateur confortablement installé dans son fauteuil d’écarlate en vient à penser à ce qu’il voit et précisément ce qu’il voit de l’espace scénique est dans la lumière, les paillettes, entouré d’artifices. Il voit la star, il voit précisément ce qui lui est donné à voir. De fait jusqu’où le spectateur est-il acteur de sa propre perception de l’art ? Le danseur se livre au spectateur, il concrétise le mythe d’Icare.

Ceci n’est pas un solo. Ceci est un pas de deux entre le danseur et la lumière, le spectateur et l’artiste, l’artiste et l’artificier. Sa danse est le mime de la star de variété chérie par la lumière de ses spots et chemises étincelantes.

L’artiste existe sur l’espace scénique, concrètement, matériellement dans sa quête de notoriété. Tel  le phénix, tour à tour, il recherche la lumière mais aussi meurt par elle. L’artiste renait ensuite ou,  ayant perdu cette étincelle de vie, erre tel un spectre, à la fois présent et extérieur au monde. Existant enfin au cœur de la poursuite, du halo de lumière scénique, existe-t-il vraiment tel qu’il le souhaite, tel qu’il est ?

Le spectateur aveuglé par la lumière lui laisse t-il la liberté d’être ce qu’il est, a-t-il la volonté de le regarder, assis dans son fauteuil d’écarlate ?  Peut –il percevoir son étincelle, ce qui le meut, ce qu’il exprime ? L’artiste lui livre pourtant son chant du cygne. Il  l’emprunte à une diva : Remember me but don’t forget my fate. Le soleil éblouit autant qu’il se consume.

L’artiste existe dans la fulgurance de son action, de sa création de ce qu’il extériorise de lui et de sa perception. Le spectateur existe dans la fulgurance de sa présence ou de son absence, en véritable acteur de sa perception, il définit l’œuvre par sa relation avec elle, ce qu’il contient en lui-même et ce qu’il extériorise, il est artiste. L’artificier existe dans la fulgurance de son dévouement actif à l’art , l’artiste qu’il donne à voir, qu’il permet d’extérioriser. En cela il crée, il est artiste. L’artiste est un tout.

L’artiste c’est le danseur concepteur  Olivier Normand, l’artiste c’est Thibaud Croisy à la dramaturgie et Esteban Fernandez à la régie. L’artiste c’est Sylvie Mélis à la lumière. La lumière dans ce spectacle est une masterpiece. L’artiste c’est tous ces fauteuils occupés lors de la représentation et les quelques uns qui sont restés vides (pas pour longtemps, n’est-ce pas ?).

Les artistes c’est aussi vous les lecteurs de ce blog qui participez à la création du spectacle à son étincelle de vie, en vous ouvrant à mon artifice.

Pour cette dernière raison, je voulais vous dire… je vous remercie de vous !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :