OFF : sélection Estelledeblog : L’importance d’être Wilde – p77 (programme)

Cette année Oscar Wilde est mis à l’honneur ou plutôt à toutes les sauces au festival d’Avignon. J’ai vu un très mauvais Dorian Gray et un très bon spectacle sur Oscar Wilde. Ce dernier aurait sans doute préféré commenter le premier de propos fins et malicieux, le foudroyant de sa grandiose impertinence ; pourtant je vais respecter la tradition du festival en me contentant de dire du bien du second.

L’importance d’être Wilde, allusion à la célèbre pièce « L’importance d’être constant », reprend avec malice ce que l’on sait de Wilde : grandeur et décadence, humour et impertinence, misogynie et amour du beau, amour de l’art… Trois acteurs deux hommes et une femme incarnent tour à tour ou bien ensemble l’auteur anglo-saxon et interprètent des fragments de ses œuvres. Une mise en scène prolifique, un témoignage multiforme pour un spectacle cocasse, savoureux et insolent. La pièce exalte les aphorisme et les piques les plus pointues de Wilde, magnifie ses textes en les mettant en exergue presque même en situation. Les rires fusent dans la salle puis la c’est la consternation et enfin l’amusement.

Bande annonce – L’importance d’être Wilde – Visioscene

Ce spectacle fait de bric et de broc… de Wilde tout de même !… forme une entité à part entière, dessine un croquis de Wilde que le spectateur pourra lui même parachever en se repenchant sur son œuvre. Pour ma part je vais relire Salomé.

Une très jolie performance, de bons acteurs : Emmanuel Barrouyer, Anne Priol, Pascal Thoreau et je tire mon chapeau aux hommes de l’ombre qui méritent également d’être cités ce qui est l’indice d’un spectacle com-plè-te-ment réussi ; ) : à l’écriture et vous pouvez vous procurer le texte : Philippe Honoré, à la mise en scène : Philippe Person, pour les lumières : Alexandre Dujardin, au décor : Vincent Blot et enfin surprise aux costumes il s’agit de deux des trois acteurs : Emmanuel Barrouyer et Anne Priol.

Pour finir quelques bons mots d’Oscar Wilde :

« Si Adam avait été homosexuel, personne ne serait là pour le dire.  »

 » Les enfants commencent par aimer leurs perents; devenus grands, ils les jugent; quelquefois, ils leur pardonnent. »

« Il y a deux tragédies dans la vie : l’une est de ne pas satisfaire son désir et l’autre de le satisfaire »

« Le public est extraordinairement tolérant. Il pardonne tout, sauf le génie. »

« Dire qu’un livre est moral ou immoral n’a pas de sens, un livre est bien ou mal écrit c’est tout. »

« Les femmes se divisent en deux catégories : les laides et les maquillées, les mères étant à part. »

 » L’expérience est le nom que chacun donne à ses erreurs »

Pour plus d’informations :

http://www.compagniephilippeperson.com/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :