Les Séductions du Palais – Musée du Quai Branly

La Chine palatiale dans votre assiette ! Au fil de l’exposition  « Les Séductions du Palais » au Musée du Quai Branly, le visiteur voyage en compagnie des dynasties, participe aux plus grands festins et prend connaissance des coulisses, des multiples règles et subtilités d’un art culinaire aussi sacré que gourmand.

Plus que l’art de vivre chinois, la cuisine s’étudie ici à travers les arts de la table et les objets  liés à la cuisson et la préparation des repas.

On y croise tout de même quelques recettes depuis la fondue de faisan au bouillon de tortue en passant par l’oie farcie dans l’agneau.

L’exposition est riche d’explications historiques. En voici quelques grandes lignes. Chronologiquement on observe le lien entre l’évolution de l’agriculture et de la cuisine. Le vin de céréale par exemple est apparu à la fin du néolithique suite à un accroissement de production céréalière. La présence de la cuisine carnée s’est véritablement affirmée sous la dynastie Shang de 1570-1045 av JC, s’enrichissant tant dans les produits que les préparations. La cuisine va s’affiner ensuite sous le règne prospère des Han de (206 av J.C -221 ap J.C). On peut dès lors parler d’art culinaire « gepeng » : couper-cuire, des ouvrages théoriques se développent. Les petits gâteaux et raviolis apparaissent ensuite sous l’âge d’or médiéval de la  dynastie Tang de 618- 907 ap J.C. L’apogée de la gastronomie chinoise se traduit sous les derniers empereurs mandchous par le personnel qui y est employé. Au palais le bureau des affaires intérieures contrôle le service de bouche soit quatre cents officiants, 150 eunuques, pour 12000 repas par jour ! Un tiers des effectifs est réservé aux bobo c’est à dire aux gâteaux et au service du thé.

La beauté des objets est frappante,  les matériaux et techniques sont multiples depuis la poterie noire au céladon en passant par le bronze. Parmi les objets que je retiendrai, le tripode pour la cuisson, savamment ouvragé, l’ancêtre du barbecue le gril kaolu en bronze de la dynastie des Han, les baguettes kuaizy en argent, la théière chahu en étain en forme de canard.

Une exposition riche en histoire et en objets ! Par contre je reste un peu sur ma faim concernant les us et coutume de la cuisine chinoise autant du point de vue du service, que de la répartition géographique et sociale des différents types de cuisine. L’objet de l’exposition était en fin de compte la cuisine palatiale, il y a donc matière à tout un cycle d’expositions pour ouvrir le sujet ! Une réussite donc… En tout cas cela m’a donné envie d’en savoir plus sur la cuisine chinoise contemporaine, leurs grands chefs…

Pour plus d’informations :

Les Séduction du Palais – jusqu’au 30 septembre Musée du Quai Branly

http://www.quaibranly.fr/fr/programmation/expositions/a-l-affiche/les-seductions-du-palais.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :