MATALI CRASSET – Voyage en Uchronie

Designer mondialement reconnue, Matali Crasset s’aventure au delà de l’univers de vie et de consommation dédié à la décoration et à l’aménagement.Elle expose à la galerie Thaddaeus Ropac  son Voyage en Uchronie.

IMG_1345

IMG_1338Présente au vernissage, Matali Crasset me confie qu’elle apprécie la possibilité que lui offre l’espace artistique d’aller au-delà, de s’extraire des implications du design pour s’autoriser toutes les hypothèses. A la manière d’un scientifique qui repartirait de zéro elle revoit son postulat de départ et sa formule pour en réinventer autant le résultat que la logique. Déconstruire pour reconstruire sa pratique. Une liberté qui éclate le raisonnement au profit de la métaphysique. Elle ouvre les perspectives du quotidien via l’introspection et le rite, créant le mouvement en suivant le cours de l’eau du ruisseau jusqu’à la cascade, réévaluant la notion de frontières entre l’individu et le groupe comme autant de possibilités. L’exposition s’articule entre deux dispositifs.Au fond, une projection d’un film Voyage en Uchronie, salvatico e colui che si salva, réalisé par Matali Crasset et Juli Susin, crée une ouverture sur un peuple qui se rend à la montage noire lieu de mémoire pour s’adonner à des rites introspectifs. Uchronie désigne par son étymologie un espace de non-temps, le visiteur pénètrerait-il dans une écrin onirique ?

IMG_1335

La porosité graphique de l’eau assure le passage entre la représentation et l’installation.

IMG_1343

Le public chemine entre les Permanents, un ensemble de mobilier aux formes épurées, capuchonnées, monastiques. Des modules individuels qui peuvent devenir collectifs une fois regroupés.

IMG_1342

IMG_1341

L’aspect extérieur a la rugosité du feutre qui n’est pas sans rappeler les travaux de Beuys.  Il tend à l’isolement tout comme la neutralité du ton gris qui ne permet pas d’accroche extérieure. Enfin le recourbement capuchonné de la forme se fait véritable métaphore de l’introspection. L’apparence suggère l’intériorité.

IMG_1334

IMG_1329

Le mobilier accessoirisé de manière minimale abrite l’être qu’il soit allongé, assis ou bien debout, cabinet de curiosité, chaises, grelots…Une fois le module  investi, la vivacité du orange confère à l’intérieur, l’énergie de l’humain, la chaleur du cocooning. Etre bien pour se consacrer à soi avec l’immensité  vitaminée du solaire comme transversalité infinie des pensées.

IMG_1328

IMG_1330

Le visiteur évolue avec facilité, s’approprie chaque aspect avec aisance quel que soit son âge, que ce soit pour s’installer, pour discuter, pour rechercher un espace de curiosité ou de tranquillité. Au point que je ne peux m’empêcher d’adresser une dernière question à Matali Crasset : « Envisageriez-vous de transposer ces modules dans un univers de design quotidien ? » La réponse qui m’a été apportée fut évidente tant c’est de cela qu’il s’agit en fin de compte, ouvrir de nouvelles perspectives par l’introspection : « Qu’en pensez-vous ? »

Pour plus d’informations :

Voyage en Uchronie, Matali Crasset

jusqu’au 20 juillet

Galerie Thaddaeus Ropac Paris Pantin

69 avenue du Général Leclerc

93500 Pantin

01 55 89 01 10

Du mardi au samedi de 10h à 19h

http://www.ropac.net

@Galerieropac

http://www.youtube.com/galerieropac

https://www.facebook.com/galerieropac

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :