Eco-Bâtiment : quand innovation et architecture ont la main verte…

L’expression « avoir la main verte » s’appliquerait-elle aujourd’hui aussi judicieusement à l’innovation qu’au jardinage ? La start-up Ennesys a mis au point un système qui allie dépollution des eaux usées et production de bioénergies. Et la couleur verte ? : L’algue, élément principal de ce processus.

Image 1 ennesys

La technologie consiste à utiliser le superflu pour créer l’essentiel soit plus concrètement utiliser les eaux usées, polluées pour cultiver du phytoplancton dans des bassins fermés appelés photobioréacteurs. Ces structures associées à l’architecture permettront de produire localement l’énergie de chaque bâtiment. Placés à l’extérieur, ces bassins transparents jouent sur un principe naturel primaire, la photosynthèse, pour agir sur la prolifération d’algues.

Image 2 ennesys.png

Celles-ci s’alimentent de CO2 et de déchets puisés dans les eaux usées où elles trouvent les nutriments organiques qui leur sont indispensables. Les algues auront atteint leur maturité en 24h pour les plus rapides et jusqu’à 48h pour les plus paresseuses d’entre elles. Elles sont alors récoltées puis séparées en huile et biomasse algale dont la valeur ajoutée sera multipliée par la transformation en énergie. Ce procédé sera réalisé sur place à la demande. L’eau est ainsi clarifiée et peut être recyclée à 94% pour alimenter arrosage publiques, nettoyage des voiries…

Un bâtiment de 2000 m2 a été mis à la disposition d’Ennesys pour réaliser en taille réelle le premier démonstrateur européen de cette technologie.

Image 1 ASAA.png

Normalement sous trois mois l’innovation pourra être admirée à Nanterre dans le secteur des Groues car c’est aussi d’esthétique dont il s’agit.  La possibilité d’un bâtiment vert méritait un écrin d’exception, deux architectes ont manifesté leur engagement envers un avenir durable en pilotant une conception de bâtiment à quatre mains. Baptisé Urbanlab, ce premier eco-bâtiment européen a bénéficié de l’imagination d’Axel Schoenert et Manuelle Gautrand afin d’intégrer ce système innovant non pas comme une contrainte architecturale mais bien comme une image impactante d’un futur vert. Le projet portant sur la façade, une structure autoporteuse de 100 m2 y a été ajoutée. Assurant la protection comme la fixation des panneaux, elle crée une silhouette homogène laissant transparaître la vivacité de l’innovation et de sa couleur verte. Des croisillons mordorés, alliage d’un héritage ancestral architectural à la modernité du métal, habillent royalement la façade. Enfin l’entrée se veut verticale et majestueuse, référence certaine aux grandes tours new-yorkaises, à la hauteur de l’audace technologique mise en valeur.

Image 2 ASAA.png

Ennesys travaille d’ores et déjà pour des tours de la Défense et de Bagnolet et continue à lever des fonds visant à permettre l’industrialisation, la réduction des coûts mais aussi la miniaturisation de ce procédé afin pourquoi pas de l’adapter à des bâtiments plus petits comme ceux des particuliers.

Pour plus d’informations :

www.ennesys.com

http://www.as-architecture.com/fr/projets/architecture/urbanlab.html

Comments
2 Responses to “Eco-Bâtiment : quand innovation et architecture ont la main verte…”
  1. Ophélie JULIEN dit :

    Article et vidéo utiles lorsque l’on prépare un travail de veille et recherche documentaire sur ce sujet des murs d’algues ^^
    Merci!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :