VDN… What did you expect ?

Soirée My sexy winemaker

 Le goût du sud serait-il naturellement doux ? Louise Massaux  a organisé une rencontre parisienne avec des vignerons du Languedoc et du Roussillon sur les quais en face de Notre Dame toujours aussi magnifique.

IMG_2840

Derrière le titre un peu speed dating, le concept s’approchant plus d’un « wine dating » permettait en toute convivialité de découvrir les vins doux naturels du Languedoc Roussillon du Banyuls aux Muscats.

Pour ceux qui connaissent rapidement le Vin Doux Naturel, on a souvent le souvenir d’une sensation de dégustation très sucrée d’un vin fort en alcool bu en petite quantité à l’apéritif ou au dessert. La dénomination de Vin Doux Naturel vient de la spécificité apportée à la vinification traditionnelle qui a la particularité d’être stoppée à l’étape de la fermentation du mout par l’ajout d’un alcool neutre à 90°- 96°. Cette action a pour effet d’inhiber les levures d’où l’arrêt de la fermentation alcoolique tout en enrichissant suffisamment le mout en alcool et en conservant ses sucres naturels. Cette technique s’appelle le mutage.

Les pieds qui tanguent sur le Kiosque Flottant, le verre à la main, le nez au ciel, c’est parti pour une dégustation droit dans les yeux des vignerons, c’est donc de l’information de première main que je vous retransmets ici.

IMG_2844

Tous les muscats AOC du Languedoc étaient présentés : Frontignan, Saint-Jean de Minervois, Lunel, Mireval ainsi que des vins du Roussillon Corbières, Rivesaltes, Banyuls.

Les muscats ont été classé AOC à partir de 1936 pour le Muscat de Frontignan puis 1956 pour le Muscat Minervois et ainsi de suite, assez récemment donc. Ils sont composés d’un cépage unique appelé muscat blanc petits grains. Ce qui les diffère ? Le travail de la vigne, le terroir, la nature des sols et l’exposition. Chaque vigneron évoque d’abord la générosité de la nature avant de parler de son travail, humble devant Mère Nature. Le Languedoc Roussillon offre une grande diversité de paysages et autant d’opportunités d’obtenir des vins spécifiques.

Le Muscat de Frontignan face à la mer bénéficie d’un fort ensoleillement et des bienfaits des embruns. Jacques Sourina vous évoquera les courbes féminines des collines avoisinant son domaine le Mas de Madame. Tandis que chaque vigneron tentera de vous faire rêver avec des légendes qui remontent à la nuit des temps, avec rien de moins qu’Hercule, Sexy Wine Drinker de l’Antiquité, qui raconte t-on aurait tordu la bouteille à la force de ses mains pour en extraire la dernière goutte de muscat, d’où la forme caractéristique torsadée de la bouteille de Frontignan. Autre légende le Bordelais représenté par le Château d’Yquem aurait débauché le verrier de Frontignan à la bouteille torsadée pour travailler à une bouteille spécifique à son château qui donnera la bouteille de Bordeaux. Info ou intox ? Pas de doute nous sommes bien dans le Sud ! La robe dorée du Muscat de Frontignan a la réputation d’être aussi ensoleillée que son terroir, la bouche est ronde mielleuse et confite ou se complexifie d’arômes de fleurs blanches.

Le Muscat de Lunel, entre Montpellier et Sète s’appuie sur des nappes de cailloutis sur un sol d’argile rouge, le lien est souvent fait avec les traditions tauromachiques de la région. C’est un vin festif. Ceux que j’ai dégustés avaient la robe assez claire parfois même avec des reflets argentés et en bouche une dominante d’agrumes. Une certaine légèreté surprenante pour un muscat.

Le Mireval est le voisin du Frontignan, il bénéficie d’un microclimat entre le Massif de la Gardiole, la mer et les étangs et ce goût si particulier serait porté par l’iode selon un des vignerons rencontrés. Vient ensuite le Muscat Saint-Jean de Minervois, le plus minéral sur son plateau calcaire des Causses. Le  Muscat La Belle Dame a eu son petit succès pendant la soirée grâce à ses notes de fleurs blanches ou peut être est-ce son nom de circonstance pour une soirée filles ? Dans tous les cas voici un accord surprenant proposé par la blogueuse Cooking Out à base de potimarron.

C’est le moment d’abolir une idée reçue du monde du vin qui consiste à sexualiser les vins, les plus tanniques comme des vins d’hommes et les plus sucrés comme des vins féminins. Il y aurait de quoi devenir bi au fil des dégustations !

Enfin voici mes préférences de la soirée :

Dans le Languedoc Le Mas de Madame 2010 pour sa vivacité, sa légèreté et ses notes florales. C’est un muscat éphémère en bouche ce que je n’ai pas trouvé problématique la discrétion peut avoir ses avantages : faciliter un accord mets et vins par exemple… plat exotique, association de fruits et de chocolat.

http://www.mas-de-madame.com/Pages/default.aspx

Ensuite le Roussillon !

J’ai beaucoup apprécié deux muscats du domaine Riere Cadene et pas seulement par sympathie, parce que le vigneron a autant le pied marin que moi et une nièce qui travaille dans les étoiles ! Pour cette dégustation, le vigneron m’a suggéré fortement qu’il y avait des moments où il ne fallait pas cracher et cela précisément sur son stand semblerait-il ! J’ai beaucoup apprécié les Rivesaltes Hors d’âge du domaine Riere Cadene. Tout d’abord le Rivesaltes Ambré de 1997.

Les cépages en présence sont le Grenache blanc et le Macabeu, nous ne sommes plus sur l’appellation du Muscat mais celle du Rivesaltes. Il a été vinifié selon la méthode traditionnelle puis comme tout vin doux naturel a connu une opération de mutage. Sa particularité émane de son vieillissement en fut de chêne durant pas moins de 12 ans. Imaginez les rangées de fût de chêne, en cave ? Eh bien non elles sont nichées dans son grenier pour accroître le sucre ! La robe est véritablement ambrée, avec des reflets orangés, elle est presque rouquine en somme. Au nez des arômes de malt puis de figue et en bouche la force de l’alcool cède la place à un goût de fruits confits très prononcé. Un vin à la fois très corsé et très doux plutôt pour une fin de repas, pour finir sur une note de force et de raffinement.

Et enfin La Grande Réserve. Pour celui-ci je ne vous proposerai aucun accord mets et vins mais vous recommande de le déguster seul pour savourer le moment. Le vigneron a également suggéré un accord étonnant avec le saumon fumé. L’originalité vaut d’être testée ! Nous sommes sur les mêmes cépages que le précédent mais sur des parcelles à faible rendement permettant au fruit de s’exprimer pleinement. La vinification est comparable si ce n’est le vieillissement de 22 ans. Ensuite les futs ont été minutieusement sélectionnés par une dégustation des plus exigeantes répétée à six reprises. Puis ils ont été assemblés dans une cuve en béton. Le résultat est un bijou de rivesaltes à la robe très ambrée, foncée presque caramel. La bouche est complexe et se rapproche du cognac. C’est mon coup de cœur de la soirée !

http://www.domainerierecadene.com/vins_du_roussillon_gites_perpignan_accueil.htm

Enfin une jolie surprise sur une autre appellation : le Banyuls. Vin doux naturel, il existe en blanc, rosé et rouge. Géographiquement on se situe sur l’extrême pointe des Pyrénées Orientales qui rejoint la Méditerranée. Imaginez la Côte Vermeille, les vieilles vignes cultivées en terrasses, un sol de schiste et la richesse aromatique de la garrigue, du thym des oliviers… Les cépages principaux sont grenache noir, grenache gris et blanc, macabeu, malvoisie et muscat. Pour ce vin surprenant j’ai préféré L’Etoile, le vigneron s’est présenté avec humour comme un dissident de la famille Cazes. J’ai retenu le Banyuls rouge Rimage 2010 qui m’a quelques peu dérouté. Jeune et ambitieux il a à la fois les caractéristiques gustatives du vin doux sucré qu’est le banyuls et l’attaque ronde et forte d’un vin rouge principalement constitué de Grenache noir (90%). Sa robe est grenat et son nez et sa bouche porte un goût franc de pruneaux. En accord mets et vins, on pense immédiatement aux plats à base de pruneaux en toute logique et pourquoi pas également à des desserts à base de framboises. Un vin à déguster à l’aveugle pour créer la surprise.

http://www.banyuls-etoile.com/

Photo de couverture : Extrait de photo d’Anaïs Bourquin

Comments
2 Responses to “VDN… What did you expect ?”
  1. Ben dit :

    Toi tu vas avoir des problèmes.. Bientôt on n’aura plus le droit de faire de critiques positives sur le vin…

    • estelledeblog dit :

      Merci de ton intervention. Il semblerait en effet que le gouvernement veuille que je voie mon verre pas seulement à moitié vide mais complètement vide ! Si le vin est catalogué comme drogue, et qu’on ne peut plus en parler positivement, je trouverai bien quelque chose à dire, je remplirai donc mon verre de paroles que j’arroserai de révolte !

      http://www.cequivavraimentsaoulerlesfrancais.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :