FESTIVAL AVIGNON OFF : Et les poissons partirent combattre les hommes

Actes de résistance contre la mort #1

Pièce de théâtre contemporaine engagée, « Et les poissons partirent combattre les hommes », interpelle les spectateurs sur les corps naufragés qui s’échouent toujours plus nombreux sur les plages d’Espagne.

La compagnie Maskantête a choisi de mettre en scène le magnifique texte d’Angelica Liddel « Y los peses salieron a combatir contra los hombres » traduit par Christilla Vasserot. Le texte est vif, incisif, interpelle Monsieur la pute et tout un chacun assis confortablement, sur sa façon, notre façon d’appréhender les grands phénomènes d’actualité, comment les morts deviennent un « problème », comment les disparus s’enfoncent dans l’oubli, comment le douloureux et l’horreur sont aseptisés par les médias, comment les touristes de la côte espagnole (entre autres) pour ne pas voir les cadavres peuvent tout simplement partir à la montagne.

L’écriture est magistrale, rythmée, chaque mot pèse lourd. Elle joue sur le sarcasme et le second degré pour que le spectateur ne vomisse pas l’horreur du sujet en rendant l’écoute possible.

C’est une pièce pour deux comédiens et un musicien. Des percussions précises et recherchées jouent un rôle à part entière dans cette pièce permettant le souffle, l’oppression, faisant résonner les gestes et les paroles, donnant le poids nécessaire avec finesse à chaque mot, chaque action théâtrale. Les comédiens se livrent physiquement sans ménager leurs efforts. En pantalon de combat, ils sont sans cesse en mouvement avec une gestuelle entre la danse, la capoeira, la performance. Le texte est joué au plus juste, les voix sont fortes et vibrantes. Les acteurs vous prennent aux tripes. Le dispositif scénique repose sur d’immenses bâches de plastiques translucides, tantôt cocons, linceuls, vagues, costumes, évoluant tels des caméléons de l’intention.

Cette pièce est un bijou de précision, de résonance, d’engagement et de finesse. On n’en sort pas sans remise en question par rapport à notre position, notre responsabilité en tant qu’être humain de chair et d’âme face au monde et ce qui nous entoure. Et ce qui est appréciable et rare par rapport à ce type de création c’est que cette réflexion viendra de vous et vous seuls, on ne vous pointe pas du doigt, on ne joue pas sur la surenchère, le scandale le voyeurisme ou la moralisation.

J’aimerais donc adresser publiquement mes félicitations à toute la compagnie pour cette prouesse théâtrale de jeu, d’intention, d’horreur et de beauté. Et à tous les festivaliers, c’est une pièce à ne pas manquer !

spectacle_15129

Pour plus d’informations :

Et les poissons partirent combattre les hommes

Festival d’Avignon 2015

Jusqu’au 26 juillet

18h25 – 50 min

Théâtre Alizé

15 rue du 58ème R.I

84000 Avignon

04 90 14 68 70

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :